À qui profitent les systèmes ouverts ?

Les systèmes ouverts semblent profiter à tout le monde. Et c’est le cas. Mais ils profitent peut être surtout à ceux qui réussissent à rester fermés.

Qui profite d’un système ouvert ? Virtuellement, tout le monde. C’est leur argument marketing. Mais qui en profite le plus ? Pour qui les systèmes ouverts sont-ils le plus avantageux ?

Intuition : Pour ceux qui peuvent exploiter l’ouverture du système sans eux mêmes faire preuve d’ouverture.

C’est-à-dire pour ceux qui parviennent à tirer les bénéfices de l’ouverture des autres… sans s’ouvrir aux autres pour qu’ils tirent eux aussi des bénéfices du système. Les pique assiettes en quelque sorte. Ils profitent d’avoir été invités mais n’apportent rien et n’invitent personne en retour.

L’un des enjeux des systèmes ouverts est la régulation des pique assiettes. Il ne s’agit d’empêcher le phénomène : c’est impossible, pas sans garder l’intérêt d’un système « ouvert ». Il s’agit de savoir comment contrôler autant que possible les effets de bord.

Je pense aux compagnies qui vendent des données personnelles (data broker). Elles sont opaques et utilisent l’ouverture des autres. Ce sont à mon sens elles qui bénéficient le plus de l’ouverture des autres. De même, l’ouverture de Wikipédia profite à ceux qui savent le mieux y faire du marketing Wikipédia, du stalking, de « l’infiltration », etc.

La « solution » la plus évidente au problème du pique assiette est la mutualisation. Sur le modèle : « on n’empoisonne pas la nourriture qu’on mange ». Si rester fermé pour exploiter l’ouverture des autres conduit à empoisonner sa nourriture, on risque de ne pas le faire longtemps.

Empoisonner Wikipédia pour des fins privées, c’est bon si on ne lit pas Wikipédia. Si nos amis ne lisent pas Wikipédia. Si personne ne viendra indirectement nous resservir le poison qu’on a injecté. Pourrir le code ou l’information ouverte d’un secteur, c’est bon si ça n’a pas de répercutions sur vous.

Ce qui modifie un peu ma réponse initiale. Les systèmes ouverts bénéficient bien avant tout à ceux qui exploitent l’ouverture en restant fermés. Mais un système ouvert bien pensé doit nuire à ceux là. Il doit être optimisé pour être le plus inefficace et dangereux pour les piques assiettes.

C’est très rawlsien dans le fond comme logique. Maximiser l’intérêt des acteurs qui sont le moins favorisés. Ici, ce serait maximiser le dommage pour les acteurs les moins authentiquement ouverts.

Image : CC-BY bmills via flickr

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s