Rémunérer les amateurs : la plateforme compte !

Calimaq poste un billet sur la pertinence de rémunérer les amateurs qui produisent des œuvres en ligne. L’un des (nombreux) problèmes, c’est que les plateformes actuelles ne sont pas faites pour ça.

cc-by poolie

En tant que créateur de contenu (comme tout le monde), je connais un peu le problème. Si on veut avoir un contenu visible, réellement utile pour être repartagé et réutilisé, il ne faut pas le faire dans son coin. Le plus simple : utiliser une plateforme de partage de contenu. J’ai nommé : Flickr, Youtube, WordPress.com, etc.

Mais ces plateformes ne sont pas faites pour rétribuer les auteurs. Elles offrent de la visibilité, merci, au revoir. Parler de « contenus générés par l’utilisateur » est totalement justifié. Ces structures de publication ont des utilisateurs, qui génèrent la valeur du service et de l’entreprise.

Elles n’ont pas été conçues à l’avantage des utilisateur. Ce sont des plateformes de farming. On farme (=cultive, élève) les créateurs. Poste ton contenu, il sera visible, tu seras content, je serai payé. Ou plus exactement : je serai payé en argent, et toi en attention / visibilité / réputation. Mais peut être que tu ne sera pas payé du tout. Le deal du siècle.

cc-by-nc-sa  peewubblewoo

Aujourd’hui, la rémunération de la création via ce type de plateforme est indirecte. Il y a retombée pour le créateur dans la mesure où d’autres gens reconnaissent la valeur de son travail et sont prêts à donner ou à l’embaucher.

Et encore, il y a retombée si le créateur accepte de payer en vie privée par ailleurs. On paie en fait deux fois. Une fois en vie privée (données personnelles), parce que la plateforme les exploite (en plus d’exploiter l’œuvre). Une seconde fois, parce qu’il faut être visible, public, pour avoir un retour sur l’œuvre produite.

Puisque les plateformes ne sont pas faites pour les créateurs, mais pour exploiter les créateurs, le seul moyen est d’obtenir un gain indirect. Mais ce gain indirect, on ne l’a que si l’on peut relier à un moment l’œuvre à une personne, une réputation. Et, bizarrement, j’ai pas toujours envie qu’on le fasse. Pas pour tout ce que je produis. Vous savez, la vie privée, la surveillance, ces trucs.

Et tout ça, c’est sans lever le problème de la commensurabilité de la valeur produite. Parce que je doute très fortement que la valeur d’un article Wikipedia soit facilement évaluable (par exemple). La valeur du partage d’œuvres intellectuelles en ligne est largement imprévisible (meme, anyone ?). Le public qui la reçoit n’a pas toujours les moyens de rétribuer l’auteur autant qu’il le souhaiterait. Ce qui conduit assez rapidement aux systèmes de paiement alternatifs (I’m looking at you bitcoin). Mais je sors du sujet.

Publicités

Une réflexion sur “Rémunérer les amateurs : la plateforme compte !

  1. Publics Parts de Jeff Jarvis – 512KO

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s