Culture libre ou exploitation ?

Y-a-t-il un modèle économique pour le savoir libre ? Et plus généralement, pour la culture libre, les éléments culturels libres (logiciel ou matériel mis à part). Dans bien ces cas, la différence n’est pas nette entre produire du libre et se faire exploiter.

cc-by-sa opensourceway

Partager sous licence libre, c’est donner de la liberté… aux autres. « Vous pouvez faire de cette œuvre (presque) tout ce que vous voulez ». Y compris faire de l’argent avec. Sans rétribuer l’auteur d’origine.

Si vous ne pouviez pas faire d’argent avec, ce ne serait pas libre. Et si vous deviez forcément rétribuer financièrement l’auteur d’origine, ce ne serait pas libre non plus. Bref, si ce n’est pas « exploitable » c’est pas libre. Il faut que ça puisse être exploité par tout, pour tout usage.

Bilan, c’est aussi l’auteur qui est exploité. OK, OK, on est rétribué de plein de façons :

  • en attention, en micro-célébrité
  • en reconnaissance
  • en réputation (et, indirectement, peut être en embauche)
  • voire en hypothétiques dons (si vous acceptez les dons)

Mais tout ça ne nourrit pas. Ou plutôt, ce n’est pas l’œuvre qui nourrit. L’œuvre elle-même ne rapporte pas. Le fait pour l’œuvre d’avoir un public et du succès est totalement déconnecté de la situation économique de l’auteur.

Alors quoi ?

L’œuvre libre est plus que toute œuvre indépendante de son auteur. L’auteur qui met son travail sous licence libre renonce à tout lien fort avec son œuvre, si ce n’est la paternité (attribution). Son œuvre est destinée à être disponible pour les autres. Être exploitable.

Reste que je n’arrive pas à me convaincre qu’il est juste qu’un enfoiré aspire du contenu libre qui lui coûte zéro le réutilise pour générer du blé pour lui seulement.

cc-by-sa opensourceway

Toute œuvre est collective à différents niveaux. Elle est le produit d’apprentissages, d’expériences, de techniques qui ne sont pas attribuables pleinement à « l’auteur ». Ce texte lui-même n’est  pas l’expression de ma personnalité d’auteur unique à qui on devrait attribuer cet article. On pourrait largement créditer pour son écriture :

  • Tous ceux qui m’ont appris à écrire (profs, lecteurs)
  • WordPress, à la fois pour le service d’hébergement et pour le logiciel
  • Tous ceux que j’ai lu et qui m’ont conduit à réfléchir et penser ce que je pense
  • Ceux qui ont participé aux conditions matérielles de l’écriture de ce billet

On peut indéfiniment allonger la liste et différencier les degrés d’implication. Mais si toute œuvre est un produit collectif, il me semble assez injuste de ne pas rétribuer le collectif.

Une façon de le faire, c’est précisément de repartager ses contenus sous licence libre. Mais ça ne règle pas tout. Parce qu’on a toujours pas trouvé comment rémunérer. On a trouvé comment ne pas spolier. Comment ne pas prendre sans donner.

Il y a peut être un paradoxe du libre. Qui fait que les défenseurs de la culture libre les plus fervents et sans concession sont aussi des gens qui ne vivent pas de la culture libre (je mets le logiciel et le hardware à part, je pense très précisément aux biens culturels).

cc-by nordenfur

Ce sont des gens qui vivent de leurs compétences, pas du produit. Qui peuvent vendre leur force de travail, sans forcément avoir besoin de vendre le produit. L’œuvre libre serait alors un produit pour lequel le gain financier est non nécessaire et n’intervient qu’en bonus.

Elle ne peut pas servir à rémunérer en tant que telle. Si vous écrivez un livre libre, préparez vous à faire des dédicaces. Les ventes ne sont pas ce qui rémunérera. Ça ressemble tellement aux webcomics !

Les quelques webdessinateurs qui en vivent laissent leur produit gratuit, et se rémunèrent sur la vente de goodies, le fait de faire payer la dédicace, de rencontrer le public. Mais ce n’est pas un modèle viable pour tout savoir libre et tout média.

Et ça ressemble aussi tellement au modèle de la recherche en sciences humaines. Où les enseignants-chercheurs ne vivent pas de leurs publications (ahahaha), mais uniquement du poste d’enseignant.

Mais on a pas vraiment avancé.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s