Société de surveillance, société de science ?

L’avènement de la société de surveillance fait de chacun d’entre nous un pôle de production de données. Fichés et pistés dans nos vies en et hors ligne, nous produisons en permanence des données. Il y a là une opportunité scientifique phénoménale.

Parler de « société de surveillance » est rarement positif. La perspective d’un fichage généralisé par l’État, ou d’un pistage intensif de la part d’entreprises privées peine à convaincre de son bien fondé. Pourtant, il y a bien des avantages qu’on pourrait tirer de cette situation.

Si vous cherchez à connaître des informations avec peu d’enjeux économiques ou politiques, il y a des chances que la méthode scientifique ordinaire vous donne des résultats. Mais si vous voulez connaître les effets de produits controversés comme les ondes, les nanomatériaux ou les OGM, c’est une autre histoire.

Sur ces sujets, il y a des chances que les études scientifiques soient contestables. Ou plutôt, le problème est qu’elle vont être contestées. N’importe quelle étude portant sur les OGM pour en évaluer l’innocuité sera attaquée sur sa méthodologie, son financement, sa période et son contexte de diffusion ou autre.

À supposer que l’étude soit absolument parfaite, incontestable et reconnue comme telle, le problème reste entier. Parce qu’il s’agit d’une étude scientifique, elle isole son objet de tout élément extérieur (contexte concret, usages réels). Elle cherche à comprendre l’objet en tant que tel et uniquement cet objet. La science permet de connaître le réel en le fragmentant : il s’agit de connaître aussi bien que possible chaque partie du réel.

Problème : ce n’est pas ce à quoi on s’intéresse lorsqu’on s’interroge sur la dangerosité d’un produit. La question qu’on se pose n’est pas le genre de question qui préoccupe la science. Il s’agit d’une question concrète, portant sur les dangers effectifs, en situation réelle. À ce titre peu importe au fond le résultat des études scientifiques portant sur les OGM ou les nanos.

Une étude à montré que les OGM sont dangereux en labo ? Tant mieux, mais qu’importe ! Si ça se trouve, ils ont des effets positifs en situation réelle. Parce qu’ils seront consommés en parallèle avec une foultitude d’autres éléments, qui, en intriquant les différentes causes et les différents effets, produira au final un résultat positif.

Et c’est là où la société de surveillance intervient. Dans une société où un grand nombre de données sont collectées en situation concrète, la réponse aux questions controversées vues plus haut pourrait être plus facile.

Vous voulez savoir si le bluetooth est nocif ? Jetez un œil à qui l’utilise ! Puisque l’on peut collecter les informations sur les utilisateurs, on peut aussi savoir qui est effectivement soumis au bluetooth, à quelle fréquence, dans quelle quantité, &c. Rien qu’en récupérant les informations d’usage des joueurs de Nintendo et Sony vous aurez déjà une idée de qui est lourdement soumis à ses effets (Wii et PS3 utilisent des manettes bluetooth).

En surveillant à outrance, on obtient en même temps des informations riches et d’utilité générale. On pourrait ainsi passer d’une société où les outils de surveillance servent des fins privées, propres aux États et aux entreprises, à une société où les mêmes outils servent l’intérêt public. Où les mêmes outils qui permettent aujourd’hui de contrôler les individus et vendre des produits deviendraient des vecteurs de connaissance.

———

Crédits Photos : Digital and Physical par mtsofan (CC-BY-NC-SA 2.0) ; Combating wheat disease in partnership in Bangladesh par CIMMYT (CC-BY-NC-SA 2.0)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s