Échanger des libertés

La liberté est un élément transmissible. On peut transmettre la liberté dont on dispose, et, plus intéressant, on peut utiliser la liberté dont on dispose pour augmenter celle des autres. 

J’ai dit précédemment que la liberté était objective. Qu’elle était quantifiable, et qu’on pouvait l’augmenter ou la diminuer en agissant sur différents facteurs. Ce qui m’intéresse dans ce billet est que la liberté est communicable.

Pour ce qui est de la transmission de liberté, c’est presque intégralement concret. Donnez 1000€ à quelqu’un. Le voilà de 1000€ plus libre et vous moins libre de 1000€. Prêtez les, et il est temporairement plus libre, sous condition de rendre l’argent. Le risque peut s’exprimer en liberté : s’il ne restitue pas l’argent, il risque de perdre en liberté. Soit parce que vous le poursuivrez en justice, soit parce que vous ne lui accorderez plus aucun prêt, soit encore parce que vous participerez à nuire à sa réputation.

Mais l’échange de liberté est encore plus visible dans les achats courants. Dans l’immense majorité des cas, personne n’achète d’objet, de biens physiques ou numériques. Ce qu’on paie, c’est presque toujours une licence d’exploitation. C’est à dire un droit particulier…  une liberté. Cela vaut pour tous les trucs technologiques où l’on vous fait cliquer « OK » sur les conditions d’utilisations, cela vaut aussi sur les briques de soupes, la vaisselle avec laquelle on la mange, et à peu près tout le reste.

La numérisation de certains biens n’a fait que rendre criant ce qui était déjà le cas. Dans la vidéo à la demande, on n’a le droit de voir, et c’est à peu près tout. Aucune différence avec le droit qu’on obtenait anciennement en achetant une VHS. La différence intervient dans la possibilité d’outrepasser le droit qu’on a acheté : facile avec la VHS (hop, je te prête la K7!), plus difficile avec la VOD (hop, je te DRMise la vidéo!).

Ce qui va maintenant m’intéresser, c’est qu’on puisse augmenter la liberté, et en particulier celles des autres. Je reprends :

  1. La liberté est objective et quantifiable
  2. On peut augmenter ou réduire la liberté
  3. Les transactions (monétaires et autres) sont des transactions en liberté

Admettons qu’il y a des transactions (monétaires, sociales) qui sont plus avantageuses que d’autres. Il y a donc des transactions où l’on gagne plus ou moins en liberté, des transactions où ce qu’on abandonne vaut plus ou non que ce qu’on obtient. C’est le cas des médias sous licence libre : l’utilisateur fait une meilleure affaire en terme de liberté qu’en utilisant une  image non libre de droits. Reste à savoir si l’auteur du média fait lui aussi une bonne affaire. C’est ce que je soutiendrai dans le billet suivant.

———–

Crédits photos : Soup can 5-3-09 IMG_3506, par stevendepolo (CC-BY 2.0) et Power plug par Scarygami

Publicités

Une réflexion sur “Échanger des libertés

  1. Augmenter la liberté (des autres) – 512KO

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s