Objectiviser la liberté

La liberté est une réalité objective. Au sens où l’on peut l’évaluer et influer sur elle. La liberté n’est pas un pouvoir occulte ressenti au plus profond de chacun. C’est une capacité à agir.

On peut tester une capacité (Tu sais lire ? Prouve-le!). On peut évaluer une capacité (Tu ne lis pas très bien). Et on peut influer sur une capacité (Dans le noir ou en cyrillique, tu ne lis plus). À partir de là, deux choses :

  1. Il existe une série de facteurs objectifs susceptibles d’influer sur la liberté.
  2. Il est possible, au moins théoriquement, d’évaluer objectivement la liberté.

Même si la liberté n’est pas tangible, on peut identifier toute une série d’éléments qui favorisent, limitent, participent à la liberté d’un individu. Pour donner dans la caricature, l’argent et les relations participent à la liberté. Idem pour les connaissances et les compétences (en particulier techniques). Plus intéressant, les objets inanimés sont aussi des facteurs de liberté (même s’il faut les combiner à des connaissances et des compétences). B.A.BA : les ordinateurs personnels sont un facteur de liberté.

En identifiant tous les facteurs de liberté, on pourrait théoriquement calculer la liberté d’un individu. Ça n’est pas concrètement réalisable, mais c’est totalement concevable. Avec absolument toutes les données du monde, on pourrait calculer (ou évaluer) la liberté d’un individu I à un temps t.

Dans un tel calcul, à peu près tout joue un rôle et est utilisé. La liberté va dépendre du lieu, du moment, de l’état de l’individu, de ses relations, et de ses possessions ; le tout, à différents niveaux. La liberté en général fonctionne sur le modèle du billet de cinéma :

Avec un billet de cinéma, j’ai la capacité d’aller voir un film. Mais cette capacité est extrêmement déterminée dans sa réalisation. Je ne peux aller voir que le film pour lequel j’ai un billet, dans le cinéma où j’ai acheté le billet, et ce, pour l’horaire prévu par le ticket. La liberté conférée par le billet est donc profondément relative (au lieu, au moment, au film, voire à l’individu).

Dans cette perspective, la liberté est en modifiée en permanence. À supposer qu’on puisse calculer la liberté à un instant précis, cela ne servirait à rien (ou à faire des moyennes). La question est donc moins d’évaluer avec une précision extrême la liberté, que d’identifier ce qui joue sur la quantité de liberté. C’est un point important, parce que tout n’a pas le même impact sur la liberté.

Si l’argent est un exemple flagrant d’élément qui augmente la liberté, c’est parce qu’il se convertit facilement en d’autres libertés. En réduisant ma liberté économique pour m’acheter un billet de cinéma, j’obtiens la liberté d’aller voir le film. J’ai échangé une liberté économique susceptible de multiples conversions en une liberté beaucoup plus particulière.

—————

Crédits photos : Unemployement, par so11e (CC-BY-NC-ND 2.0)

Publicités

Une réflexion sur “Objectiviser la liberté

  1. Échanger des libertés – 512KO

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s